Mal de dos : vers quelles médecines douces se tourner ?

Mal de dos : vers quelles médecines douces se tourner ?

Antalgiques, anti-inflammatoires, myorelaxants… En cas de mal de dos chronique, les médicaments permettent généralement de réduire la douleur. Mais de plus en plus, on leur adjoint des médecines douces également capables de soulager nombre de patients. Petit tour d’horizon

En cas de mal au dos persistant, il faut avant tout consulter son médecin traitant, seul apte à vous prescrire les traitements adaptés pour soulager votre douleur, notamment les médicaments antalgiques, anti-inflammatoires… voire des myorelaxants si besoin. La kinésithérapie est également souvent recommandée. Votre kinésithérapeute vous fera pratiquer des exercices adaptés visant à soulager la douleur à long terme en assouplissant certains muscles et en en renforçant d’autres. Des exercices qu’il est fortement conseillé de continuer de façon régulière, après les dix à quinze séances de kinésithérapie prescrites par votre médecin. Quant aux massages et à l’application de froid ou de chaud, ils peuvent également soulager à court terme.

Toute une palette de techniques

Mais votre médecin pourra aussi vous orienter vers d’autres médecines douces complémentaires ayant fait leurs preuves : acupuncture, ostéopathie, thermalisme, balnéothérapie, stimulation électrique transcutanée, etc. Et son avis s’avère toujours précieux pour vous guider et éviter le risque de nomadisme médical.

L’acupuncture

Menées sur des milliers de patients, certaines études épidémiologiques ont par exemple prouvé que l’acupuncture, prodiguée en complément de la prise en charge médicale standard, soulage les patients souffrant de lombalgie chronique. Le principe de cette technique mise en pratique depuis 2500 ans en Chine ? Placer dix à vingt aiguilles sur des points précis du corps en suivant des lignes appelées « méridiens », et les laisser agir une vingtaine de minutes.

Mais si de nombreux malades voient leur douleur diminuer grâce à cette pratique, ses mécanismes d’action ne sont pas encore totalement élucidés. Activation d’un système de suppression de la douleur dans la moelle épinière, action sur la transmission et le traitement des signaux douloureux, libération de substances opiacées dans le corps… ou tout simplement un puissant effet placebo : plusieurs hypothèses sont avancées.

Manipulations des vertèbres

Une autre méthode manuelle consiste, via une manœuvre bien précise, à créer un mouvement entre les vertèbres au niveau de la zone du dos douloureuse, les experts parlent de « manipulation vertébrale ». Muscles, tendons, ligaments… tous les tissus voisins sont alors étirés expliquant sans doute le soulagement ressenti. Mais attention, contrairement à une idée reçue, cela ne change pas la vertèbre de place !

En France, cette pratique peut être dispensée par des médecins et kinésithérapeutes spécialisés, et par des ostéopathes dûment formés et diplômés. Certaines études ont montré que chez les patients manipulés par ostéopathie, la douleur était significativement réduite et qu’ils nécessitaient moins de médicaments antidouleur, anti-inflammatoires et myorelaxants.

Sources documentaires

  • Barry et al., Evaluation de l’efficacité et de la sécurité de l’acupuncture, Rapport Inserm, 2014.
  • C.M. Witt et al., Pragmatic Randomized Trial Evaluating the Clinical and Economic Effectiveness of Acupuncture for Chronic Low Back Pain, American Journal of Epidemiology,164, 487–496, 2006.
  • G.B.J. Andersson et al., A comparison of osteopathic spinal manipulation with standard care for patients with low back pain, The New England Journal of Medicine, 341, 1426 ,2009.
  • J.C. Licciardone et al., Osteopathic manipulative treatment for low back pain: a systematic review and meta-analysis of randomized controlled trials, BMC Musculoskeletal Disorders, 6:43, doi:10.1186/1471-2474-6-43, 2005.

Article publié le 2 mai 2017 par Jean-Philippe Braly, journaliste scientifique et médical.