Le sport est-il vertueux dans un contexte d’insuffisance veineuse ?

Le sport est-il vertueux dans un contexte d’insuffisance veineuse ?

La réponse est sans équivoque OUI ! La clé de voûte pour lutter contre la sensation de jambes lourdes est en effet clairement de stimuler le retour veineux. Et outre la compression passive (exercée par les bas), l’activité sportive est une précieuse alliée. A contrario la sédentarité est une véritable ennemie.

Une « activité sportive » de base : la marche… comment ça marche ?

Paradoxalement, les personnes souffrant de maux de jambes abandonnent souvent le sport… et déclenchent un cercle vicieux puisque la suppression d’activité aggrave l’insuffisance veineuse. Non : jambes lourdes et sport ne sont pas antinomiques !

La marche sera toujours bénéfique, qu’elle soit pratiquée en mode promenade ou de manière intensive et rapide, qualifiée de « marche sportive » ou « marche nordique » (avec des bâtons pour accentuer l’effort). Quel que soit le niveau de pratique, l’explication reste la même : le sang est propulsé dans les veines profondes en direction du cœur grâce à la combinaison de l’écrasement des veines de la voûte plantaire et des contractions musculaires des mollets qui jouent le rôle de pompe. Ce phénomène de retour veineux est généralisable à tous les sports basés sur la marche ou la course (de la randonnée au foot ou handball en passant par le footing).

Compression et/ou sport ?

Les deux sont complémentaires et c’est la raison pour laquelle il existe des bas spécifiques pour la pratique sportive, indiqués pour tout un chacun. Ainsi, il existe des manchons compressifs qui se portent pendant la pratique sportive. Ils stimulent le retour veineux, contribuent à la bonne oxygénation des muscles et aident à réduire les crampes. En complément des manchons, on trouve des chaussettes de récupération, ayant vocation à être utilisées après l’effort pendant la phase de récupération (2 heures minimum).

Ces deux types de produits dédiés à l’activité sportive sont en vente libre dans les magasins de sport sans prescription médicale, et à ce titre ne sont pas remboursés par l’Assurance Maladie.

Quelques exercices simples au quotidien

Sans à proprement parler de « sport », certains « exercices », permettent de favoriser le retour veineux et soulager les jambes :

  • Debout, en vous tenant bien droit et si possible sans chaussures, mettez-vous sur la pointe des pieds et tenez cette position entre 10 à 20 secondes. Reposez ensuite doucement les talons sur le sol et soulevez les orteils aussi haut que possible sans basculer en arrière. Répétez le mouvement de levée des talons une douzaine de fois, puis reposez-vous pendant environ 3 minutes. Si vous y arrivez, refaire l’exercice complet (pointes de pieds et talons) une ou deux fois. L’ensemble de cet exercice peut être pratiqué à midi et le soir par exemple.
  • En position assise, le buste bien droit et les mains posées à plat sur les genoux, réaliser un mouvement de bascule des pieds en faisant des flexions et des extensions des chevilles, et en appliquant en même temps une légère pression sur les genoux avec les mains. Alterner l’exercice sur une jambe puis l’autre, pendant environ 30 secondes de chaque côté.
  • Dans la même position que pour l’exercice précédent, faire rouler d’avant en arrière une bouteille en plastique, ou une balle, sous la plante du pied, en appliquant une légère pression sur les genoux avec les mains. De la même manière, alterner l’exercice sur une jambe puis l’autre, pendant environ 30 secondes de chaque côté.

illustration exercices insuffisance veineuse

A SAVOIR : zoom sur les manchons de compression

Une étude clinique récente* a par ailleurs montré que la compression dégressive exercée par des manchons pendant l’effort sportif engendre une adaptation biomécanique et transforme positivement la façon de courir, avec une foulée devenant plus dynamique et plus efficace. Autres effets bénéfiques : une augmentation significative de l’oxygénation musculaire avant l’effort (+63%) et une ré-oxygénation plus rapide du muscle sollicité en phase immédiate de récupération, ainsi que la réduction des traumatismes générés par l’effort et des douleurs associées (au niveau du tendon d’Achille notamment).

Sources documentaires

Article publié le 20/06/2016 par Nathaly MERMET,  journaliste scientifique et médicale.

Vous souffrez d’insuffisance veineuse, quel(s) sport(s) pratiquez-vous ?