Réconcilier été et insuffisance veineuse ? Oui c’est possible !

Réconcilier été et insuffisance veineuse ? Oui c’est possible !

Faut-il le rappeler la chaleur est l’ennemie n°1 de l’insuffisance veineuse puisqu’elle provoque la dilatation des veines et par conséquent la stagnation du sang dans les jambes et l’augmentation de la sensation de lourdeur, de douleurs et d’œdèmes. Pour autant, certains comportements qu’il est bon de rappeler permettent de mieux « passer l’été ».

Quelques recommandations de base

Certains conseils paraissent parfois tellement évidents qu’on arrive à les oublier ; pourtant ils peuvent aider à soulager les symptômes de l’insuffisance veineuse :

  • Passer les jambes sous l’eau froide, puisqu’à l’inverse de la chaleur le froid exerce un effet vasoconstricteur, qui diminue le calibre des vaisseaux en provoquant la contraction de leurs fibres musculaires.
  • Les surélever lorsque l’on est en position assise ou couchée pour favoriser le retour veineux
  • Marcher dans le sable si on en a l’opportunité : l’effet massant sous la plante des pieds favorise la circulation sanguine
  • Appliquer des gels rafraîchissant (souvent à base de plantes comme la menthe ou le camphre), parfois proposés avec des embouts massant, qui apportent une sensation de fraîcheur sur la peau et donc un bien-être, transitoire certes (puisque le gel s’évapore rapidement)… mais agréable
  • Eviter de s’exposer au soleil aux heures les plus chaudes de la journée (tout comme la peau, les veines n’apprécient pas)

La compression reste le traitement de fond… même en été !

Avec l’arrivée de la chaleur, difficile de s’astreindre à porter bas et chaussettes Or la garde ne doit pas baisser face à l’insuffisance veineuse, quelle que soit la saison. Facile à dire, certes… mais même porté sur une durée réduite le traitement reste efficace. En effet, la conclusion d’une étude comparative (Parpex et al., 1996) est que mieux vaut porter partiellement son traitement de compression que de le bannir complètement. En effet, 4 heures d’utilisation journalière d’une compression de classe 2 permet de soulager le patient de façon notable, même si elle ne peut évidemment pas être aussi performante que le port continu.

Il existe des solutions plus confortables

Forts du constat de la mauvaise observance du traitement par compression l’été, les fabricants proposent aujourd’hui des produits de compression veineuse laissant les orteils dégagés. Ces produits « pieds ouverts » proposés en gamme homme ou femme présentent outre l’intérêt du confort, un intérêt esthétique car plus adaptés à l’usage de chaussures d’été (tongs, sandales…).

Au-delà du modèle… la matière est essentielle

Il existe désormais des modèles adaptés à l’été avec des matières plus légères et tout aussi efficaces. Ils reposent sur une maille plus aérée, apportant la transparence, et l’emploi de lin ou de fil d’Ecosse, un coton haut de gamme anobli par un procédé renforçant son aspect soyeux et la finesse de sa maille.

Ces deux matières naturelles offrent respectivement des qualités intéressantes :

  • Le fil d’Ecosse – souvent recommandé par les dermatologues – confortable et frais au contact de la peau, présente l’avantage d’absorber l’humidité et d’être facile d’entretien.
  • Le lin quant à lui est respirant (à savoir facilite la ventilation et le transfert d’humidité), résistant (réputé solide et durable), absorbant (admettant jusqu’à 20% de son poids en eau sans provoquer la sensation d’humidité), thermorégulateur (restant ainsi frais en été) et enfin hypoallergénique et antibactérien (conseillé pour les peaux sensibles).

WFYH-IV-ete-bas
A gauche : un bas dont la régularité des fils illustre la transparence du produit et dont l’usage est approprié à la saison estivale. A droite : un bas dont l’effet « poilu » des fils illustre son opacité et dont l’usage est plutôt réservé à l’hiver.

Sources documentaires

Parpex et al., Angiologie, 1996, Vol. 48, n°4. Etude comparative des effets du port en continu et du port à temps partiel d’une contention de classe 2 (Venoflex®) dans l’insuffisance veineuse.

Article publié le 28/06/2016 par Nathaly MERMET,  journaliste scientifique et médicale.

Quelles sont vos astuces pour mieux vivre votre insuffisance veineuse en été ? >> partagez votre expérience avec les membres de la communauté