Face à une suspicion d’insuffisance veineuse, quand consulter ?

Face à une suspicion d’insuffisance veineuse, quand consulter ?

Insuffisance Veineuse

Les premiers symptômes de l’insuffisance veineuse pouvant de prime abord apparaître anodins, se pose la question de quand demander un avis médical. Entre hypocondrie exagérée et négligence délétère, comment adopter le juste comportement ?  

Selon l’enquête Vein Consult Program de l’Observatoire du dépistage et de la prise en charge de la maladie veineuse(1), celle-ci est insuffisamment considérée en médecine générale, au motif de la perception d’une « pathologie de confort », du déremboursement des médicaments veinotoniques – alors que la compression reste remboursée -.

1 | Le médecin généraliste comme premier interlocuteur

Le médecin de famille, ou « médecin traitant » au sens du parcours de soins, doit être le premier consulté en cas de douleurs ou symptômes de jambes lourdes, quels qu’ils soient. C’est donc à lui qu’il faut s’adresser, et qui vous dirigera vers un  spécialiste selon son pré-diagnostic, après avoir procédé à un premier examen général et à un « interrogatoire » pour évaluer le degré de gravité de l’insuffisance veineuse. En termes de prise en charge d’examens complémentaires par les organismes de santé, sa prescription est donc nécessaire.

2 | Le médecin vasculaire : un spécialiste incontournable ?

Un médecin spécialisé dans les maladies des vaisseaux (angiologue) ou des veines (phlébologue) s’impose comme référent en cas de complications pour procéder à des examens spécifiques tel l’écho-Doppler permettant d’évaluer la gravité de l’insuffisance veineuse. Exerçant à l’hôpital ou en cabinet, le médecin vasculaire est avant tout un clinicien dont la connaissance et les explorations fonctionnelles vasculaires (écho-Doppler des membres inférieurs) sont préalables à tout acte médical technique. C’est lui qui prend en charge les phlébites et les varices en pratiquant la sclérothérapie (sclérose, écho‐sclérose mousse et traitements thermiques endoveineux par radiofréquence et laser).

3 | Des conseillers précieux 

  • Professionnels de santé facilement accessibles, le pharmacien ou l’orthopédiste sont d’excellents alliés pour conseiller et assurer la prise de mesures permettant la délivrance des produits adaptés prescrits ou non par le médecin (bas de compression). Au sein des officines, d’autres solutions sont également disponibles tels que les veinotoniques, crèmes, ou compléments alimentaires…
  • Et comme les personnes concernées sont souvent les mieux placées, de par leur expérience, pour délivrer conseils et astuces, les associations de patients sont aussi très utiles afin d’être informé et orienté. L’association de référence en France pour les personnes souffrant de jambes lourdes est l’association « maladie veineuse ».

4 | Des situations particulières

Enfin, si la pathologie veineuse est associée voire aggravée par une grossesse ou liée à la prescription de contraceptif, le gynécologue ou la sage-femme sera l’interlocuteur de choix (article à venir).

5 | A savoir

La société savante SFP peut orienter vers un spécialiste proche de son domicile. Trouver un spécialiste

WFYH-IV-quand-consulter-schema-2